top of page

                                 Credits Aurélien Mole

Painting for a short future - Mia Vallance solo show

16 décembre 2022 - 14 janvier 2023

81 boulevard Beaumarchais 75003 Paris

 

“A heap of broken images, where the sun beats,

And the dead tree gives no shelter, the cricket no relief,

And the dry stone no sound of water. Only

There is shadow under this red rock,

(Come in under the shadow of this red rock),

And I will show you something different from either” - T.S Elliot, Wasteland.

Painting for a Short Future de Mia Vallance présente un ensemble d'oeuvres perturbées. Des

coups de pinceau frénétiques parmi des nuées de couleurs sont devenus sa signature, mais

ce qui apparaît ici, c'est un sentiment accablant de décadence et d'incertitude. Les peintures

de l'exposition font écho au poème onirique et corporel de T.S. Elliot, Wasteland. Faisant

référence à la phrase " breeding lilacs out of the dead earth ", les peintures de Mia

suggèrent de lourdes têtes sur de fines tiges, des couleurs suintantes gâchées par des

bruns écrasants et des endroits sombres. Le phénomène de la décomposition est

intemporel, mais Mia reconnaît également la spécificité de l'époque déconcertante dans

laquelle elle peint.

 

Il y a un sentiment d'échelle accrue dans ses nouvelles peintures - grandiose et

simultanément microscopique. Les gestes semblent liés au ciel, monumentaux dans leur

portée et incertains dans leur opacité. Les lavis de couleur ne sont pas trop forts, mais plutôt

préoccupés par la " lueur ", comme s'il y avait quelque chose d'autre à portée de main. La

nature d'une couleur placée sous une autre donne aux peintures une profondeur littérale et

permet un magnétisme à l'oeuvre qui pousse et attire à la fois. Mia aime jouer avec cette

luminescence, on peut imaginer les images statiques se déplacer au fur et à mesure que les

pigments se répandent.

L'absence de lieu dans ses peintures renforce le sentiment d'inquiétude. Une lueur venue

d'ailleurs fonctionne comme quelque chose d'imminent, en attente de quelque chose de

sinistre dans ce futur proche. Mia imagine des peintures dans un environnement entropique.

Les oeuvres dépeignent-elles le nuage qui plane sur elles ou la lutte contre celui-ci ? Les

deux oeuvres Breath et Untitled/ Suffocate de l'exposition jouent avec cette dichotomie.

Avant même qu'elles ne se soient entièrement formées devant nous, les images sont déjà

en train de s'évanouir dans des teintes et des formes amorphes. La chimie et l'accent mis

sur les pigments et les solvants sont importants dans son processus afin d'obtenir l'effet

désiré de " dissolution, émergence, effacement ". Ces mots s'accordent bien avec le

manque d'emprise que l'on a sur une image de l'avenir qui est également détruite au fur et à

mesure qu'elle se déroule.

Comparer le motif de l'aile de papillon en forme de x qui apparaît dans plusieurs des

peintures de cette exposition, mais peut-être de manière plus évidente dans Raw Umber, à

un jeu Scalextric est peut-être exactement le type de rythme urbain que ces peintures

tentent d'éviter. Bien que la pratique londonienne de Mia signifie sans aucun doute que le

centre-ville est effectivement la perspective à partir de laquelle ces peintures ont été

réalisées. Bien que les oeuvres brillent et saignent dans le sens de la décélération, elles

reconnaissent l'inquiétude dont elles sont nées.

Par Esme Blair

bottom of page